1977

Région 88 – 1977

EXÉCUTIF :

DÉLÉGUÉRAYMOND H.
DÉLÉGUÉ ADJOINTLAURENT B.
PRÉSIDENT
JEAN C.
SECRÉTAIRE-TRÉSORIERANDRÉ A.
RESPONSABLE DE COMITÉSROGER C.

RDR

DISTRICT 01JEAN-PAUL P.DISTRICT 02ROSAIRE V.
DISTRICT 03PAUL P.DISTRICT 04HONORÉ P.
DISTRICT 05JEAN-PIERRE L.
ET ÉMILE B.
DISTRICT 06GILLES S.
DISTRICT 07ANDRÉ T.DISTRICT 08SARTO J.

La Région compte 136 groupes répartis comme suit :
401 = 12 groupes
405 = 19 groupes
402 = 35 groupes
406 = 15 groupes
403 = 23 groupes
407 = 13 groupes
404 = 13 groupes
408 = 6 groupes
Le diner de gratitude s’est tenu à Drummondville et 650 billets
furent vendu pour l’occasion ce qui fait que les revenus ont été
envoyés au BSG.
Dans le bulletin de la région, septembre 1977, vol. 1 no : 2, il y a
l’historique du district 401, Drummondville.
«Formé en février 1974, ce district ne comptait que trois groupes au départ. Quelques
mois plus tard, des groupes de Granby, Cowansville, St-Guillaume et Acton Vale vinrents’y affilier. Reconnu officiellement par les Service en août 1974, le district fut intégré à la
Région no : 4 le 2 novembre 1974.
En janvier 1976, le 401 prenait la responsabilité du groupe du pénitentier de Cowansville,
puis en mars 1976, se formait aussi un groupe à l’institut Provincial de détention de
Waterloo. Toutefois, en juillet 1977, les groupes de Granby et Cowansville passaient à
une autre région et se détachaient donc du 401.
Ce district compte maintenant 12 groupes, un groupe en institution pénale (Waterloo) et
un groupe à l’hôpital de Drummondville. Le comité d’information publique est bien
organisé et comprend des sous-comités couvrant les services de publications, du bulletin,
des institutions, de la 12 e Étape (avec no. de téléphone à 819-478-7030).
Drummondville, on le sait, est au «milieu du centre» du Québec, à 60 milles de Montréal,
100 milles de Québec, 50 milles de Sherbrooke. Le membre du district, Jean-Paul P. (que
nous remercions ici pour sa participation), considère que ça va bien dans le 401, parce
qu’on essaie d’y travailler la main dans la main pour l’unité de A.A. avec les groupes, le
district et la région, dans le respect de nos traditions»
Dans le bulletin de la région, octobre 1977, vol. 1 no : 3, il y a
l’historique du district 402, Sherbrooke.
«Le Mouvement A.A. fondé en 1935 à Akron, Ohio, a pris plus de dix ans pour atteindre
Sherbrooke. En effets ce n’est qu’en 1945 que l’on voit un alcoolique cesser de boire en
suivent la thérapie préconisée par les fondateurs Bi11 et Bob.
De 1945 à 1950, les quelques membres de Sherbrooke se réunissent secrètement dans les
maisons privées. On se déplace d’un endroit à un autre à chaque semaine et on invite les
femmes et 1es enfants à aller se promener pendant les assemblées afin de bien protéger
l’anonymat.
Le premier groupe comme tel s’organise à Sherbrooke en 1950 dans le sous-sol d’une
hôtellerie. Dix ans plus tard, quatre groupes fonctionnent à plein rendement à un rythme
de deux assemblées par semaine. De ces quatre groupes, un est d’expression anglaise.
L’assistance moyenne aux assemblées est d’environ douze à quinze personnes, mais il y
a des soirs où le quorum requis pour tenir une assemblée n’est atteint que de justesse.
Tous les groupes tiennent des assemblées fermées et les épouses ne sont admises que
pour la célébration des anniversaires. Ce n’est qu’en 1963 que s’ouvre à Bromptonville le
premier groupe ouvert dans la région de Sherbrooke. A peu près à la même époque
s’ouvre à Sherbrooke le groupe 120, le premier groupe ouvert à Sherbrooke.
Au printemps 1963, les A.A. de Sherbrooke, dans le but de mieux faire connaître le
Mouvement, organisent le premier congrès de Sherbrooke. Ces assises ont lieu à l’Hôtel
New Sherbrooke du vendredi soir au dimanche après-midi. C’est un succès monstre.
L’expérience se répète en 1964. C’est un autre succès inattendu. 1965 est une année dedéception : les Services Généraux de Montréal demande aux A.A. de Sherbrooke de ne
pas organiser de Congrès à Sherbrooke afin de ne pas nuire au congrès mondial qui
devait se tenir cette année-là à Toronto.
C’est à regret que les A.A. de Sherbrooke acceptent la demande des Services Généraux.
Leur déception est si grande que l’enthousiasme du début s’en va et ce n’est qu’en 1970
que le feu sacré s’allumera de nouveau pour ne plus s’éteindre depuis. 1970 est
également l’année des grands changements au sein des Services généraux. On divise la
Province en plusieurs régions et districts.
En1973, la Province est de nouveau divisée en régions et districts, le District de
Sherbrooke est de deuxième de la région no 4, d’où son matricule de 402.
Aujourd’hui notre district est divisé en cinq zones comprenant les 35 groupes qui
œuvrent actuellement à Sherbrooke, Brompton, Magog, Coaticook, Cookshire, East
Angus, Valcourt, Deauville, Omerville, Lennoxville, Windsor Mills, Saint-François-
Xavier. Notre structure est établie comme suit :
D’abord les 35 R.S.G., les représentants de zones, le secrétaire, le trésorier, le
coordonnateur de district, le substitut au membre de district, le responsable de
l’information publique, le membre de district, sont autant d personnes ayant droit de vote
aux assemblées. Le membre de district choisit le responsable de l’information publique
lequel s’adjoint des responsables pour chacun des comités suivants : publicité et
communication, éducation, industries, hôpitaux, institutions pénales, travail de la 12 e
Étape, téléphone, clubs sociaux, publications (littérature), Vigne A.A., médecins, bulletin
402.À ces 12 comités viendront bientôt s’adjoindre un coité pour la force de l’ordre et un
comité de la magistrature pour mieux faire connaître A.A. dans le milieu de la Justice.
Depuis février 1975, le District de Sherbrooke `établi un bureau de service dans son local
du 381, rue Alexandre, C.P. 1541, Sherbrooke, J1H 5M4. (Collaboration de Jean-Paul L.
et Yvon M.)»
Dans le bulletin de la région, novembre 1977, vol. 1 no : 4, il y a
l’historique du district 403, Victoriaville et région.
«Le District 403 couvre les régions de Victoriaville, Asbestos, Thetford-Mines et les
environs. Ce District comprend actuellement 23 groupes répartis en exactement 15
municipalités.
Je suis en fonction depuis le 1 er janvier 1977 et je puis dire avec satisfaction qu’en
général, les groupes sont en bonne santé, malgré des difficultés qui se situent dans la
normale. J’ai constaté une très bonne coopération des R.S.G. et des membres en général.
Les assemblées de District, qui ont eues lieu jusqu’à date, furent très intéressantes
principalement dû au fait que presque tous les R.S.G. se sont déplacés pour y assister.Je considère que nous sommes dans un district privilégié au point de vue service, car
nous avons eu des prédécesseurs qui ont fait du bon travail; il est donc facile de continuer
le travail qui fut bien amorcé au début.
J’ai visité beaucoup de groupes et j’ai constaté qu’il y a une très grosse vogue de jeunes
gens depuis quelques temps; ce qui est rassurant car ça nous permets de constater que le
travail qui se fait au niveau des Services produit des effets bénéfiques.
Depuis janvier 1977, nous avons dans le District une nouvelle équipe d’information
publique, qui fait du bon travail dans tous les domaines sociaux ou nous pouvons
rejoindre l’alcoolique qui souffre encore; nous avons déjà obtenus des résultats
intéressants. Dans la plupart des villes que nous couvrons, nous avons un service
téléphonique de 24 heures et dans chaque groupe; nous avons une liste à date des
personnes qui sont disponibles pour faire la 12 e Étape. Ce service fonctionne également
très bien et nous avons beaucoup d’appels. À la suite d’annonces parues dans les
journaux locaux, à la radio et à la télévision, nous croyons que l’expérience à réellement
prouvé que ces services sont indispensables dans notre région.
Nous avons également depuis plusieurs années un bulletin mensuel qui est distribué à
tous les groupes.
Je voudrais vous parler des principaux points sur lesquels nous avons discuté au cours des
assemblées de District ainsi qu’au cours de nos visites auprès des groupes.
D’abord nous essayons continuellement d’insister des membres à prendre plus de
responsabilité au sein de leur groupe, ce dans le but de préparer la relève au niveau de
tous les services et pour ce, nous encourageons fortement la lecture du livre vert «Le
groupe A.A.», qui décrit bien les fonctions pour les services au niveau du groupe.
Plusieurs ont répondu à l’appel et nous sentons déjà un nouvel esprit et plus de clarté
dans les discussions des assemblées d’affaires des groupes.
Nous insistons également sur l’importance que les groupes envoient leur surplus
financiers au District et qu’ils ne se gardent qu’une réserve prudente; malheureusement
nous constatons que certains sont très prudents et que beaucoup ont encore peur de
manquer d’argent. Il est très curieux de constater que la plupart des jeunes membres
acceptent et comprennent très bien cette politique. Mais par contre, que certains
membres, ayant plusieurs années de sobriété, demeurent très réticents à suivre les
conseils de nos prédécesseurs. Par contre nous remarquons beaucoup d’amélioration
depuis quelques temps.
Nous avons également essayé d’encourager tous les membres `assister régulièrement aux
assemblées d’affaire de leur groupe respectif, afin d’enrayer les conflits qui peuvent
survenir entre temps. Nous avons constaté nettement un meilleur esprit et une belle
fraternité chez les groupes qui ont régulièrement des assemblées d’affaire, et qui
permettent à tous les membres de s’exprimer et de poser des questions à volonté.Dans certain groupes, nous avons remarqué que les assemblées se prolongeaient
beaucoup trop et nous avons fortement encouragée les présidents d’assemblée à ce que
celle-ci ne dépassent pas une heure comme il nous est conseillé par les Services
Généraux.
J’ai constaté avec satisfaction qu’il y a plusieurs nouvelles équipes (R.S.G., Président,
etc.) dans le District et que ces derniers manifestent un désir sincère de fonctionner
strictement selon les directives de A.A., en suivant les traditions à la lettre. Et je crois que
c’est ce qui peut nous arriver de mieux.
Chers amis, j’ai essayé de partager avec vous, ce qui se passe dans notre district en
général. Je me considère comme très privilégié de pouvoir compter sur une bonne équipe
qui m’assiste très bien dans mes fonctions. Bon 24 heures à tous; Paul P.
Il est proposé que lorsqu’un district fera parvenir une contribution
à la région, de mentionner le nom des groupes qui ont participés à
ce montant de contribution. En retour, la Région devra agir de la
sorte lorsqu’elle fera parvenir une contribution aux services
mondiaux. Accepté à l’unanimité.
Le 8 juillet, les groupes Knowlton (anglais) Sutton (anglais) et
Farnham (français) se rattachent à l’Intergroupe à Montréal.